Origine de la Ferme des Cairns

Le mot provient de l’écossais, du Celte, ainsi que du vieil occitan « càrn » Vous allez donc découvrir pourquoi notre jolie petite ferme porte ce nom si étrange et mystérieux .

Un cairn est un amas artificiel de pierres qu’on trouve la plupart du temps sur les reliefs, chemins et forêts.  Ils sont présents partout dans le monde, dans les régions alpines et montagneuses mais on peut aussi on découvrir dans les déserts et les toundras.

 

Ils remplissent plusieurs fonctions :

• utilitaire : sert à indiquer le chemin à suivre lorsqu’il y a ambiguïté. Dressé en un endroit bien visible, d’en haut comme d’en bas. Dans les passages délicats, les cairns forment une « chaîne » où chacun d’eux est bien visible depuis le précédent.

• décorative : au détour d’un chemin, en plein milieu d’une pente, sans raison évidente car le sentier y est bien visible, il est plus beau et mieux bâti que les autres.

• triomphale : dressé sur le point le plus élevé d’un sommet. Selon l’importance du sommet la difficulté d’y parvenir et le nombre de visites, c’est une miniature discrète ou une véritable œuvre mégalithique.

Dans le passé, ils étaient également utilisés pour commémorer toutes sortes d’événements : site de batailles, etc…

Alors pourquoi  La Ferme des Cairns ?

Parce que nous sommes une exploitation fonctionnant exclusivement sur le pastoral. C’est-à-dire  que nos animaux sont en parcours et sont tous les jours en balade ne restant jamais en stabulation fixe. Élaborant plusieurs parcours en fonction des saisons par rapport à leur nourriture favorite, jeunes pousses, glands, arbustes,...(parcours de printemps, été, d’hiver et d’automne…), les biquettes se baladent dans la forêt en fonction de leurs besoins en alternant les parcours pour éviter l’appauvrissement des ressources naturelles. C’est donc  dans plus de 500 hectares que les biquettes ont la liberté de baguenauder et donc, il leur arrive de se perdre parce que trop distraites à jouer ou à manger.

Et pour celles qui ne retournaient  pas à la maison directement, nous avons remarqué qu’on les retrouvait naturellement dans les bories (cabanes en pierres sèches)  ou à côté de Cairns.

En faite, aussi fou que cela puisse paraître  les chèvres perdues suivaient les chemins avec des cairns, et systématiquement dès qu’il y en avait une de perdue on allait sur les chemins balisés de cairns et hop, on les retrouvait. Un peu comme par magie, les cairns envoûtent  nos petites bêtes qui grâce à elles n’étaient plus perdues dans la forêt. Voyant que les chèvres s’en servaient de repère, on a décidé de nommer affectueusement notre ferme ainsi. J’ai donc finalement entrepris de continuer à construire des cairns un peu partout où je pâture et à la croisée des chemins.

Depuis ce jour plus aucune biquette ne s’est perdue.

Album photo de quelques-uns de nos Cairns et Bories :

                 

             

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *