La chèvre du Toggenbourg : la Poitevine suisse, Une chèvre bonne partout mauvais nul part.

 La chèvre du Toggenbourg (ou Toggenburg Goat) est une chèvre rare en France, plus répandu en Suisse (14% du cheptel total Suisse), mais la race dominante en Amérique du Nord.

chèvre toggenbourg    

Bonne laitière , adaptée au froid, rustique , capable de valoriser des parcours inaccessibles, c'est la chèvre adaptée à la montagne qui fait du lait riche de qualité ( idéale pour les tomes). Niveau de lecture :

1-star     Avant de lire cet fiche de race : il est impératif que vous lisiez l'article suivant :

La diversité des races caprines : aucune n'est meilleure qu'une autre. 

Origine de la Chèvre du Toggenbourg :

         Avec la Saanen et l'Alpine Chamoisée, la chèvre du Toggenbourg compte parmi les races principales de Suisse. Sa population s'élève à 14% du cheptel Suisse. Déjà connue depuis le début du 19e siècle, cette race est originaire du canton de Saint-Gall. Aujourd'hui, c'est grâce à sa bonne production de lait, qui s'élève en moyenne à 800 kg/an, et à une bonne capacité d'adaptation qu'on la trouve non seulement dans de nombreuses régions de Suisse, mais aussi en Europe centrale et en Amérique du Nord.

Une chèvre menacée :

Dans leur région d'origine, elles sont élevées depuis toujours dans des étables en stabulation libre. L'été, on les mène à l'alpage, où elles peuvent gambader en toute liberté.  Grâce à une résistance hors du commun, les chèvres du Toggenbourg supportent sans mal le passage des sommets à la vallée. Mais la race est aujourd'hui menacée: au cours des cinquantes dernières années, le cheptel est passé de près de 20 000 bêtes à 3000 (en 2006). Cette race traditionnelle, si à l'aise sur les reliefs les plus escarpés ne doit pas disparaître!

 

Une chèvre peu , voir pas connu en France:

 

En France , on a tendance à dire que les chèvres qu'on connait sont les meilleures; les autres, sont vues de manière péjorative. C'est par accident, dans un lot de poitevine acheté il y a 6 ans,  à la Frontière Suisse en Isère, que je suis tombé sur des toggenbourgs, totalement par hasard.

Il y avait deux chevrettes soeurettes : immédiatement appelée affectueusement  Telma et Louise.  Quant à l'éleveur , lui même n'avait aucune idée de la race de chèvre. Il avait trouvé la mère des chevrettes dans son troupeau un beau matin en alpage... bon bien ok.

Je n'ai vu par la suite aucune autre chèvre de ce type là, depuis que je suis éleveur. Jusqu'à que je trouve une petite fermette sur Facebook " la ferme "Allant-Vers qui est je crois à ce jour la seule exploitation en France à faire de la toggenbourg.

(cf. les photos proviennent de la Ferme "Allant-Vers".)
https://www.facebook.com/fermeallantvers 1238180_725690760827194_960237177829684311_n 10461320_725756614153942_2010005342692253799_n 10533106_725687590827511_2968772448451655688_n            

Caractéristiques et morphologie : 

 

La chèvre du Toggenbourg est avant tout une race laitière très productive. Elle est le plus souvent non-cornue. C'est une pratique très courante en Suisse (écornage). Sa robe varie d'un brun clair à un gris souris avec des marques blanches à la tête, au quartier arrière et au bas de ses pattes. Les poils sont longs sur le dos et les cuisses. En fait elle ressemble beaucoup à une poitevine avec le poil marron clair.

  • Hauteur au garrot : mâle : 75-85 cm femelles: 70-80 cm

  • Poids : mâles : 65 kg femelles : 45 kg

Les avantages de Toggenburg chèvre comprennent le solde de tous les critères d'évaluation. La race est

● calme ● frugal ● fructueuse ● durable ● résistant ● adaptable ● économique

Elle est considérée comme un  animal économique pour la production de produits laitiers et carnés. elle est adaptée à la fois pour la stabulation ( une fois écornée), sur les pâturages de la maison et en alpages. Plus à l'aise  dans les Alpages et les terrains escarpés en pâturage extensif, elle trouve son terrain de prédilection dans les lieux rocheux  et escarpés, où elle trouve des herbes savoureuses, les graminées et les vivaces qu'elles dévorent avec délice. Ce régime de montagne offre des rendements élevés de lait, sans les additifs alimentaires. La Toggenburg est adaptée dans des conditions météorologiques défavorables et extrême , pluie , neige qui en fait une excellente alliée dans les alpages en atelier secondaire à dominance ovine. Ses longs poils lui procure sécurité contre les mouches , les taons et tout ce qui pique.

La mamelle est bien attachée et compact. la conformité est bonne et la mamelle n'est jamais blessée en pâturage.

  feb-jul-2008-1050 feb-jul-2008-1052            

             A l'heure actuelle il ne me reste plus que Louise dans mon troupeau , Telma s'étant étranglée malencontreusement dans une palette.  C'est une chèvre attendrissante qui n'a peur de rien et est ma sonnaille de troupeau. Malheureusement, je crois qu'elle sera ma dernière toggenbourg dans mon troupeau, la race étant particulièrement rare. l'avenir nous le dira. Le prix actuel d'une chèvrette toggenbourg est très cher, compter 350 francs suisses pour des chevrettes sevrées et en supplément les prophilaxies, les frais de douanes , le transport et la perte des chevrettes qui ne s’accommode pas. Mais la mortalité des chevrettes en première année est très rare ( 5 % seulement en moyenne). Apres si on s'en occupe bien, personne ne meurt !

C'est ma chèvre coup de coeur, j'aurai aimé avoir une dominance de cette race dans mon élevage, mais la difficulté et le prix pour se procurer ce cheptel, me font abandonner. J'ai déjà eu la chance d'en avoir, et puis on peut pas tout avoir.

   

6 réponses à “La chèvre du Toggenbourg : la Poitevine suisse, Une chèvre bonne partout mauvais nul part.”

  1. Buchet-le Roux Philippe-Marie dit :

    bonjour,
    je viens de récupérer une Toggenburg de 2 ou 3 ans, d’un élevage du jura français. Stérile elle était promise à la boucherie. Je l’ai prise pour l’entretien du terrain. Content d’apprendre que c’est une chèvre rustique et rare mais malheureusement il ne faut pas compter sur elle pour la reproduction. Elle est encore craintive et ne se laisse pas approcher facilement mais sans aucune agressivité. Il faudra encore un peu de temps.
    Y a-t-il des soins particuliers ou des points à surveiller?
    merci

    • admin dit :

      désolé du retard pour la réponse.
      Une chèvre à moins d’avoir eu une échographie ou une opération médicale des organes de reproduction, ne peut pas être considérée comme stérile. Il faut faire gaffe car nous avons déjà eu des chèvres soit disante stérile, et hop au bout de 3 ans, Bam!!! 3 chevrettes d’un coup !
      La stérilité peut se traduire par une surcharge pondérale de l’animal qui à trop de gras ( le gras est toujours interne chez la chèvre), gonfle la paroie utérine et l’empèche l’ovulation de bien se fixé sur la paroie.
      A l’inverse, un animal trop maigre peut aussi couper naturellement son cycle de reproduction.
      Il est intéressant de voir si elle a ou a eu des chaleurs.
      Enfin pas de soins particuliers si elle va bien à part du foin, du sel, de l’eau , un abris avec de la paille propre et surtout des calins !!!! il n’y a rien à faire d’autre. ( amadouez là avec du maïs).
      Amicalement Loïs et Fanny.

  2. Julien dit :

    Bonjour, je suis jeune agriculteur actuellement en train de réfléchir son projet d’installation et à la recherche d’une race de chèvre rustique et laitère.(avec une production convenable)
    La chèvre de toggenbourg me plairait bien, mais très difficile a trouver comme vous le dite.
    Sauriez vous ou je pourrais trouver des élevage qui en utilisent voir même en commercialisent en France ou en Allemagne ?
    (Car si mes recherches sont exactes ce sont les seules pays ou je pourrais en trouver sans payer trop de frais de douanes et d’analyses en tout genres contre la tremblante)
    Merci

  3. Crusson dit :

    Bonjour,nous sommes une association de protection animale spécialisé ds le sauvetage d animaux de ferme,nous avons sauvé un petit chevreau il y a quelques mois déjà,c est une race que je connaissais pas,on nous a dit que c etait un bouc des fossés et après avoir vu toutes les photos il s agit bien d un bouc Toggenbourg,ma question est la suivante si c est une race en France comment celui ci a pu atterrir si je puis je dire en Bretagne,il y aucun élevage ds le coin avec cette race?merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *